ACCUEIL MISSIONS DU CABINET NOTRE EQUIPE PLAN D'ACCÈS CONTACT



Cabinet SFREC
Expertise Comptable
Commissariat aux Comptes

93, avenue Niel
75017 PARIS
Tél : 01 44 29 10 20
Fax : 01 47 63 84 33

contact@sfrec.fr







    ACTUALITÉS

Clause de non-concurrence : il faut savoir renoncer à temps !
Dès lors qu'il dispense son salarié d'effectuer son préavis de démission ou de rupture, l'employeur doit renoncer à l'application de la clause de non-concurrence au plus tard le jour du départ effectif du salarié de l'entreprise.
Cassation sociale, 13 mars 2013, n° 11-21150

En insérant une clause de non-concurrence dans le contrat de travail de son salarié, l'employeur cherche à se prémunir des éventuels actes de concurrence que le salarié pourrait commettre si ce dernier devait quitter l'entreprise.

Rappel :  pour être valable, une clause de non-concurrence doit être limitée dans le temps et dans l'espace. Elle doit également être indispensable à la protection des intérêts légitimes de l'entreprise et faire l'objet d'une compensation financière non dérisoire au profit du salarié ayant quitté l'entreprise.

Mais les tribunaux admettent que l'employeur puisse se réserver la possibilité de renoncer à l'application de la clause de non-concurrence s'il juge, au bout du compte, que sa mise en œuvre s'avère inutile ou que la perspective de devoir verser une compensation financière à son ex-salarié se révèle trop coûteuse.

Pour que cette faculté de renonciation soit valable, les tribunaux exigent toutefois qu'elle :
- fasse préalablement l'objet d'un accord de la part du salarié ;
- soit formulée de manière explicite et non équivoque ;
- s'exerce au plus tard au jour du départ effectif du salarié.

Et cette dernière condition s'applique même si le contrat de travail ou la convention collective applicable autorise expressément l'employeur à attendre la fin du préavis de démission ou de licenciement pour renoncer à la clause de non-concurrence. En effet, la Cour de cassation a décidé, dans un arrêt du 13 mars dernier, que dès lors qu'un employeur dispense son salarié d'effectuer son préavis, il lui faut nécessairement exercer sa faculté de renonciation au plus tard le jour du départ effectif du salarié, peu importe les stipulations contraires du contrat de travail ou de la convention collective.

Attention :  si l'employeur ne renonce pas à temps à la clause de non-concurrence, cette dernière est alors considérée comme applicable et implique donc le paiement de la contrepartie financière à l'ex-salarié dès lors que celui-ci respecte son engagement de non-concurrence.

Article du 29/05/2013 - © Copyright SID Presse - 2013

haut de page




Actualités...

Infraction commise avec un véhicule de société : il faut dénoncer le conducteur !
18/07/2019
Redressement fiscal : attention à l’adresse de notification !
17/07/2019
Index égalité femmes-hommes : c’est au tour des entreprises de plus de 250 salariés
17/07/2019
Le marché des terres agricoles en 2018
16/07/2019
Le zonage du dispositif Pinel a été revu par les pouvoirs publics
16/07/2019
Du nouveau pour la fiscalité des véhicules
15/07/2019
Quand un salarié abuse de sa liberté d’expression
15/07/2019
Rupture conventionnelle avec un salarié déclaré inapte
15/07/2019
Défaut de dépôt des comptes : qui doit payer l’astreinte ?
12/07/2019
Les pouvoirs publics partent en guerre contre les « passoires thermiques »
12/07/2019
De nouvelles obligations déclaratives pour les grandes entreprises
11/07/2019
Le minage des Bitcoins consomme autant d’électricité que la Tchéquie ou l’Autriche
11/07/2019
Quant à l’assurance retraite des professionnels libéraux…
11/07/2019
Avez-vous pensé à l’épargne retraite ?
10/07/2019
Rentrée scolaire : et si vous donniez un coup de pouce à vos salariés ?
10/07/2019
Mise à disposition de parcelles : gare à la requalification en bail rural !
09/07/2019
Redressement judiciaire : des aménagements en faveur du chef d’entreprise
09/07/2019
Impôt sur les sociétés : renonciation à l’option des sociétés de personnes
08/07/2019
Les associations soumises à la commande publique
08/07/2019
Cotisations sociales : procédure de numérisation des documents
08/07/2019
Pas de changement pour la cotisation AGS !
05/07/2019
Les Français, champions de l’épargne
05/07/2019
Quand la rupture sans préavis d’une relation commerciale établie est justifiée
04/07/2019
Hameçonnage : les points à vérifier pour ne pas se faire avoir
04/07/2019
Comment s’applique l’abattement pour départ à la retraite d’un professionnel libéral ?
04/07/2019
Un léger recul de la collecte en assurance-vie
03/07/2019
Détachement : une mise à jour des obligations des donneurs d’ordre
03/07/2019
Exploitantes agricoles : un congé de maternité revu et corrigé !
02/07/2019
Local industriel : une nouvelle déclaration à souscrire !
02/07/2019
Taux de l’intérêt légal pour le second semestre 2019
01/07/2019
Les statuts, rien que les statuts !
01/07/2019
Jour férié du 14 juillet : quelles incidences pour l’entreprise ?
01/07/2019
Allègement de la procédure des fusions de sociétés
28/06/2019
Des précisions pour le Pinel centre-ville
28/06/2019
Des précisions sur le suramortissement industriel en faveur des PME
27/06/2019
Cybersquatting : les juges rappellent quelques principes
27/06/2019
Assurance chômage : des mesures pour limiter les contrats courts
27/06/2019
De l’avantage en nature résultant de la mise à disposition d’un véhicule électrique…
26/06/2019
Crowdfunding : un portail en ligne pour mieux orienter les associations
26/06/2019
Entreprise en difficulté : le repreneur ne peut plus être garant des arriérés de loyers
26/06/2019




© 2009-2019 - Les Echos Publishing - mentions légales et RGPD